Recherche
Sign In

Malaga: les ascensions en vélo

Peñas Blancas, l’ascension populaire de Malaga. Envie d’autres ascensions moins connues, qui raviront les plus exigeants.

 

Malaga est plus que des sardines et des bars de plage et de soleil. Et quand on pense vélo, le terrain très montagneux offre une multitude de pistes cyclables. De plus, le paysage côtier avec ses plages, ses falaises, ses estuaires, ses baies et ses dunes crée un écosystème très diversifié pour le cyclisme.

Si vous visitez la province de Malaga et envisagez de conquérir une ascension dans la région, en voici les 6 à avoir sur votre liste de choses à faire. Oui, Peñas Blancas fait partie des élus… et soyez prudent lors de l’ascension de “La Pared”.

Ascensions à Malaga …

  1. Almáchar
  2. Boquete de Zafarraya
  3. Cerro del Moro (repetidor de mijas)
  4. Peñas Blancas – Los Reales
  5. El Espino
  6. El Torcal

 

Almáchar

Plus connue sous le nom de « La Pared » ou « Muro de Almachar », il s’agit d’une ascension de quelques kilomètres (4,7 km) mais avec une pente moyenne de près de 9%, probablement l’une des plus intenses de la province. Cette montée courte mais intense avec une pente positive d’un peu plus de 400 m a un asphalte en très bon état et avec une certaine largeur.

L’ascension commence une fois le pont sur la rivière Borge franchi. De là 2 km nous attendent avec une pente moyenne de 11%, avec des rampes allant jusqu’à 14%.

Après cette première section, nous aurons environ 200 m pour récupérer et affronter à nouveau des rampes très exigeantes. Après un autre bref répit, il sera temps de revenir sur des rampes de 13% sur environ 200 m pour enfin affronter un demi-kilomètre explosif avec des pentes à 11%.

Si nous avons encore de l’énergie, nous pouvons profiter de nos derniers mètres, où la montée s’aplanit considérablement (chose facile étant donné qu’il n’y a presque pas de pause sur tout le parcours).

Heureusement, la montée a des zones ombragées qui aident à se protéger du soleil. Cependant, les vues du sommet ne sont pas les meilleures, mais en descendant 300 m vers le sud jusqu’à un belvédère on a des vues sur le territoire de l’Axarquía.

Boquete de Zafarraya

Nous continuons dans la région de l’Axarquía, dans la Sierra de Alhama, avec une ascension qui est le carrefour naturel entre Malaga et Grenade, au départ de Vélez-Malaga, 11,48 km avec un dénivelé de 694 m et une pente moyenne de 6,28%. Ce n’est pas une montée particulièrement exigeante par rapport à d’autres à Malaga, mais les vues sur les environs valent bien l’effort.

De plus, l’asphalte est en très bon état, même s’il est courant de trouver un trafic abondant, principalement en semaine.

En chemin, nous pouvons observer les ruines historiques du château de Zalla, une œuvre architecturale d’origine phénicienne.

Cerro del Moro (repetidor de Mijas)

L’ascension au subida al Cerro del Moro est une autre des ascensions habituelles à Malaga. De Benalmádena, nous passerons du niveau de la mer à 952 m d’altitude en seulement 14,2 km.

L’ascension a une pente moyenne de 6,5% et une pente positive de 933 m.

Bien que la chaussée soit généralement en bon état, il y a une petite section avec quelques nids-de-poule. Le dernier tiers de l’ascension présente un rétrécissement important de la route.

Le début de l’ascension est assez dur, avec des rampes de 10 à 13% pour lesquelles il faut être mentalisé si l’on veut réussir à surmonter la section initiale. Une fois ce premier défi relevé, quelques kilomètres plus doux arrivent, qui sont un mirage: de nouveau des rampes de 13% qui nous mettront à l’épreuve.

Les deux derniers kilomètres de l’ascension nous obligeront également à prendre l’air partout où nous le pouvons, car les prochaines ascensions sont de 10 et 11%, jusqu’à ce que nous atteignions Cerro del Moro.

En récompense, nous apercevrons la Costa del Sol, la Sierra Nevada, le détroit de Gibraltar et El alle de Guadalhorce depuis les hauteurs. Quelle combi!

Peñas Blancas – Los Reales

Comme nous l’avions déjà prévu, Peñas Blancas est le col de montagne le plus parcouru par les cyclistes de Malaga. Au départ de Jubrique, près de 29 km avec une pente moyenne de 4,2% et un dénivelé de plus de 1200 m jusqu’au point de vue de Los Reales.

L’itinéraire a une route assez large et l’asphalte est en bon état jusqu’au col de Peñas Blancas, mais à partir de là, l’arrivée au point de vue se fait par un chemin étroit avec quelques nids de poule et dolines.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un itinéraire caractérisé par sa dureté a priori, l’alternance de certaines sections de montées dures avec des pentes négatives peut provoquer un certain excès de confiance. Au cours de l’ascension, nous trouverons plusieurs sections consécutives avec des courbes en fer à cheval sur des pentes entre 10 et 12%, les 6 derniers kilomètres étant difficiles non pas tant à cause de l’exigence de l’ascension que de l’état de la chaussée.

Pour atteindre le sommet, c’est une ascension de 1447 m d’altitude pour profiter de la vue imprenable sur la côte de Malaga.

El Espino

Le col d’Espino n’est peut-être pas l’un des plus fréquentés par les cyclistes, peut-être parce qu’il longe une route assez étroite pendant une grande section de l’ascension et avec de l’asphalte en attente de renouvellement, en plus de ne pas avoir d’accotement cyclable.

Cependant, nous trouvons un col avec un parcours très complet, plein de courbes en fer à cheval (une quinzaine seulement dans la première section de l’ascension) et avec une végétation abondante qui permet une ascension protégée par des châtaigniers, des chênes verts et des chênes-lièges.

Au départ San Pablo de Buceite, 20,21 km nous attendent avec une pente moyenne de 4,38% et une pente de 914 m. Bien que l’altitude que nous atteindrons ne soit pas excessivement élevée (844 m), cela ne nous empêche pas de profiter de la vue ou de l’itinéraire.

El Torcal

​​

On ne peut pas terminer cet article sans parler d’El Torcal, un col de la périphérie d’Antequera qui va nous obliger à donner le maximum sur un peu plus de dix kilomètres.

Nous commencerons l’ascension dans les environs de Villanueva de la Concepción, au nord de Malaga, avec un terrain en bon état dans les deux premiers kilomètres.

Dès que nous quitterons la ville, nous trouverons le premier moment de souffrance cycliste: deux kilomètres à dix pour cent, culminant avec quelque pente supérieure à catorze pour cent.

De là, lorsque nous avons atteint l’équateur de l’ascension vers El Torcal, la route s’adoucit. Cependant, dans le dernier tiers nous avons pratiquement le pire: une pente d’1 km à 11% moyenne. Le pire, c’est que tout au long de son ascension on en voit la fin, puisqu’il n’a pratiquement pas de courbes.

A partir de là, il nous reste encore un kilomètre et demi à 8,5%…

Prev Post
Costa Blanca, pourquoi les équipes cyclistes la choisissent-elles?
Next Post
Gérone, paradis du vélo… et des triathlètes ?

Add Comment

Your email is safe with us.